Baccharis. Avec le soutien de Barbara Pompili – art Le Télégramme

letelegramme_logo

Baccharis. Avec le soutien de Barbara Pompili

Publié le 09 juin 2016 Laurent Guenneugues

daniel-lasne-a-gauche-appuye-par-luc-foucault-a-droite_2936033_540x326p

Daniel Lasne (à gauche), appuyé par Luc Foucault (à droite), a expliqué à Barbara Pompili (au centre) les techniques mises au point par le collectif pour lutter contre le baccharis. (Photos François Destoc)

 

Barbara Pompili, la secrétaire d’État à la biodiversité, était de passage autour du golfe, hier après-midi. Après avoir rencontré les élus du Parc naturel régional à Sarzeau, elle est allée soutenir le Collectif anti-baccharis, à Séné.

 

Depuis deux ans, les 80 bénévoles du Collectif anti-baccharis sont à pied d’oeuvre à Séné. Deux fois par mois, ils se retrouvent pour des chantiers d’arrachage de cette plante invasive venue d’Amérique du nord. Leur collectif a fait des petits, à Larmor-Baden et Baden, Saint-Armel… D’autres sont aussi en train de se monter à Arzon et Damgan.

 

« Une France qui se bouge »

Seize hectares de la commune de Séné sont touchés. Les bénévoles espèrent en venir à bout dans cinq ans, même s’il faudra continuer à surveiller le territoire par la suite. Hier soir, ils ont eu un soutien de poids dans leur combat, apporté par Barbara Pompili au marais de Morboul : « Vous représentez une France qui se bouge, qui agit en collectif et qui invente des solutions, une France qui ose et qui avance ». Daniel Lasne, vice-président du collectif, l’a accueillie et lui a présenté l’outil qu’il a mis au point pour arracher les plantes quand elles ont pris de l’épaisseur. Une sorte de fourche, avec un plateau d’appui et une rotule pour faire un effet de levier. Il l’a baptisé la baccharrache. Et la secrétaire d’État à la biodiversité a joint le geste à la parole en l’aidant à arracher deux plants. « Cela fait deux ans et demi que l’on a monté le collectif, explique Daniel Lasne. Petit à petit, on trouve de nouvelles techniques pour gagner en efficacité et économiser de l’énergie. Pour les plants les plus gros, depuis un an, on les coupe, on les perce et on met du gros sel dedans pour qu’ils ne repoussent pas ».

Du gros sel non homologué

Problème : cette technique n’est pas encore homologuée au niveau européen. Il en a fait part à la secrétaire d’État, qui leur a répondu : « J’ai bien noté vos problèmes avec l’utilisation du sel. Croyez que je vais tout faire pour vous aider à trouver une solution à cette question ». Autre doléance exprimée par Patrice Pervez, le président du collectif au niveau national : « Auparavant, une personne-ressource s’occupait de ces questions au ministère, mais elle est partie depuis six mois et elle n’a pas été remplacée ». Réponse de la secrétaire d’État : « On a été très pris par la loi biodiversité… Mais on s’est effectivement rendu compte qu’il n’y avait plus d’équipe, ce qui est gênant. On va s’en occuper ».

Un plan global annoncé

Barbara Pompili était aussi et surtout venue annoncer un plan global contre les espèces exotiques envahissantes, qui peuvent être des plantes (baccharis, jussie, herbe de la pampa, etc.), mais aussi des espèces animales (ragondin, rat musqué, vison d’Amérique, ibis sacré, etc.). Elle s’est engagée « à ce que, d’ici novembre, la France dispose d’une législation en conformité avec la réglementation européenne adoptée en octobre dernier, et d’une stratégie efficace pour lutter contre les espèces exotiques envahissantes ». Un plan qui pourra s’appuyer sur ces initiatives citoyennes : « Vous avez compris l’urgence et vous relevez vos manches, chaussez vos bottes et créez des outils adéquats… Je n’oublierai jamais le baccharrache ! ».

© Le Télégramme – http://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/baccharis-avec-le-soutien-de-barbara-pompili-09-06-2016-11101028.php

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*