Le Président de la région Bretagne demande à la Ministre de l’environnement d’ajouter le Baccharis à la liste des espèces interdites

lettrePrésRégionLe 6 janvier dernier, pour faire suite à la visite de Mme Ségolène Royale sur le chantier d’arrachage de Baccharis de Séné, le Prédisent de la région Bratgne a écrit à mme la Minstre pour lui demander de mettre à jour la liste des espèces invasives interdites de commercialisation et d’y ajouter notamment le Baccharis.

Télécharger la lettre : lettrePrésRégion

Les Amis des sites organisent une conférence pour mobiliser les habitants contre le Baccharis

Le 3 février 2015 à 20 heures, salle de la Vigne (Mesquer-44), les Amis des sites de Mesquer organisent une conférence pour sensibiliser les habitants au problème du Baccharis avec la perspective de créer un groupe de coupeurs-arracheurs de Baccharis.

Conférence-Mesquer

Conférence-Mesquer

Cette conférence est faite en collaboration avec Bretagne vivante, Cap-Atlantique et la Commune de Mesquer. Les intervenants sont les suivants :

  • Aurélia Lachaud, Botaniste à Bretagne Vivante
  • Philippe Della Valle Responsable Natura 2000 à Cap Atlantique
  • Patrice Pervez, Président des Amis des sites de Mesquer

Télécharger le flyer de la conférence ici : Flyer conférence

Dans Ouest-France du 12 décembre 2014 : Les Amis du golfe du Morbihan veulent lutter contre la plante invasive.

Image-article-OF-12Dec2014

Les Amis du golfe du Morbihan ne sont pas les seuls à lutter sans cesse contre l’arbuste, qu’il est pratiquement impossible d’éradiquer, et à réclamer une réglementation visant à en interdire la vente. Un collectif interrégional anti-baccharis a vu le jour. Il s’étend sur la Loire-Atlantique, la Vendée et le Morbihan, et regroupe des associations environnementales, des paludiers et des élus.

Télécharger l’article complet : 2014 12 12 OUEST-FRANCE VANNES BADEN AGM Baccharis (2)

Baccharis. Un bon bilan de fin d’année (Ouest-France du 11/12/2014)

En cette fin d’année, Daniel Lasne, de Bretagne vivante, et Sylvie Scullo, adjointe à l’environnement, peuvent confirmer un bilan satisfaisant des chantiers d’arrachage du baccharris. Relancés depuis plusieurs mois, chaque dernier dimanche, dans divers sites de la commune, ils ont rassemblé, à chaque fois, une bonne trentaine de volontaires. Télécharger l’article : Bilan Séné

Une lettre envoyée au Bureau de la Ministre de l’environnement

Suite à la rencontre avec Mme la Ministre Ségolène royale à Séné, une lettre officielle a été envoyée.

LettreElle a été envoyée à la triple qualité de :

  •  maire et citoyens de la commune de Séné ayant initié une opération d’élimination du baccharis sur toute la commune par des chantiers bénévoles.
  • association Bretagne Vivante qui a mené de nombreuses actions sur le thème des espèces invasives en Bretagne (séminaires, chantiers,..)
  • Collectif national Anti-baccharis qui s’est constitué récemment (voir le site internet de présentation en note)

Elle précise que le projet d’arrêté interdisant la commercialisation du Baccharis halimifolia pourrait être rapidement publié. Les rédacteurs proposent  que les espèces faisant l’objet de trop fortes réticences (de la part des pépiniéristes)  soient retirées provisoirement du projet d’arrêté afin que celui-ci puisse être signé rapidement. Les signataires précisent en particulier que l’espèce barcharis halimifolia » n’est pratiquement plus commercialisée par les pépiniéristes). Cet arrêté pourra par la suite être complété pour une mise en conformité avec le règlement européen.

Un reportage Vidéo disponible sur l’action anti-Baccharis à Séné (56)

A Séné cet automne, les habitants ont pris l’initiative d’agir ensemble contre Baccharis en organisant des chantiers de coupe 2 fois par mois. C’est à la suite d’une conférence organisée comme chaque mois, sur le thème des plantes invasives, que la décision a été prise. Cette action prends la suite d’une sensibilisation au problème de l’équipe municipale qui avait déjà établi une cartographie de l’envahissement. La proposition de Daniel Lasne de Bretagne Vivante a été retenue.

SculoCe petit reportage d’environ 5 minutes est disponible sur demande, pour les adhérents du Collectif.

 

 

 

 

 

Vous pouvez le visionner en cliquant ci-dessous.

Anti-Baccharis à Séné from Patrice PERVEZ on Vimeo.

Le Collectif a remis son dossier à Mme la Ministre de l’Environnement

C’est sous des cieux peu cléments que nous nous sommes rendus ce matin sur un chantier d’arrachage de Baccharis à Séné (près de Vannes). Toutefois, nous avons été récompensé au-delà de nos espérances. Il était programmé le tournage d’un petit reportage sur le travail que réalise l’équipe locale animée par Daniel Lasne de Bretagne Vivante et par la Commission environnement de la commune de Séné (2 journées de chantier par mois). Daniel Lasne est membre de notre Collectif.

Mme la Ministre entourée de l'équipe anti-baccharis de Séné

Mme la Ministre entourée de l’équipe anti-baccharis de Séné

Notre Ministre de l’Environnement avait prévu de venir ce week-end en Morbihan. Les excellentes relations que Daniel Lasne a gardé au sein de son Ministère (où il travaillait encore il y a peu) et l’engagement du Maire de Séné ont permis d’orienter la Ministre vers une visite du chantier d’arrachage.

Nous avons donc pu lui montrer comment les habitants du littoral se mobilisaient sur le terrain, lui présenter nos arguments et nos demandes pour la lutte contre la Baccharis. Daniel Lasne lui a remis le projet d’arrêté ministériel qui dormait dans les tiroirs. Par ailleurs, Patrice Pervez lui a remis en mains propres un dossier contenant tous les éléments déjà rédigés : Manifeste, Qui sommes-nous, lettre ouverte et la liste des associations déjà adhérentes. Elles nous a accordé une oreille attentive et bienveillante.

Nous avons ainsi établi un contact direct avec le Cabinet de la Ministre, ce qui sans préjuger de l’avenir, est un sérieux pas en avant pour notre cause.

Nous allons poursuivre nos sollicitations sans relâche.

La lutte s’engage à Assérac (44)

assérac baccharis OF (2)Ouest France du 26 octobre 2014

Une des solutions pour éradiquer le baccharis est de le broyer sur les par­celles atteintes, puis, les années sui­vantes, d’y faire paître du bétail, afin qu’ovins ou bovins broutent les re­pousses. Six personnes pour couper et brûler C’est ce que la municipalité d’Assérac réalise actuellement au lieu-dit Kerma-linge, envahi par le baccharis, dont la dune est classée zone Natura 2000. Elle a fait appel à Acces Reagis, une structure associative dont la mission est de faciliter la réinsertion sociale et professionnelle des personnes éloignées de l’emploi. Vendredi matin, une équipe de six personnes était en place pour commencer à couper, arracher et brûler sur place le baccharis. C’est la première année que la municipalité réalise cette opération, pour un coût de 700 €. Dans les marais salants, les palu­diers détruisent eux-mêmes la plante invasive. Là municipalité incite la po­pulation à détruire systématiquement tous les plans sur leurs terrains afin d’éviter toute prolifération.