Prés salé d’Arrès (bassin d’Arcachon-Gironde) : moins de Baccharis, c’est plus de Tamaris et davantage de tortues Cistude

S’il est un lieu où le Baccharis est fortement implanté, c’est le bassin d’Arcachon. Au nord du Bassin une réserve naturelle existe depuis plus de trente ans, celle des Prés Salés d’Arès gérée par l’Office National de chasse et de la Faune Sauvage. J’ai été accueilli par Richard Deneuvic est un des responsables de la gestion du site. Depuis, quelques années l’Office a engagé un combat contre le faux cotonnier. Les premiers résultats sont là mais la situation est loin d’être réglée.

Réserve Arès vue du ciel

Les Tamaris se développent à nouveau

Sur le Bassin d’Arcachon, le Baccharis est comme chez lui. Depuis quatre-vingts ans il a conquis avec appétit les prés salés, les anciens bassins piscicoles, les îlots, les polders et finalement tous espaces à sa convenance. Ceci n’aurait pu se faire sans la complicité active des Arcachonnais, séduits par les belles qualités esthétiques de la plante. Ici le Baccharis a fait son trou. Le faux cotonnier est presque considéré comme un élément du patrimoine local. En 1983 a été créée au nord du Bassin, sur une zone particulièrement riche sur le plan écologique, la Réserve Naturelle des Prés Salés d’Arès et de Lège. Après plusieurs décennies d’absence de réelle gestion, celle-ci a été confiée à l’Office National de chasse et de la Faune Sauvage. Richard Deneuvic m’explique qu’un plan de gestion rigoureux a été mis en place en 2009. Au cœur des actions à mettre en œuvre rapidement : la lutte contre baccharis qui en peu de temps ferait disparaitre la richesse de la flore et de la faune. Les tamaris qui bordent la digue de la réserve s’étiolaient. C’est à la tronçonneuse qu’une première intervention a eu lieu. Aujourd’hui après plusieurs années, les tamaris ont repris une belle vigueur. Les baccharis n’ont pas disparu. De nombreux pieds persistent sous forme de touffe au pied des tamaris. Ils seront coupés régulièrement et Richard Deuvenic a bon espoir qu’ils finissent par disparaitre. Sur l’autre face de la digue, c’est aux tortues Cistude que le baccharis portait préjudice. Il avait totalement fermé l’espace et transformé l’écosystème. L’intervention sur les zones séparant les bassins a permis d’ouvrir à nouveau l’espace et de rétablir un habitat propice aux tortues.

Chasseurs et jeunes en réinsertion, un même combat : le Baccharis.

Ares-2015-2Ici comme ailleurs, la lutte contre le Baccharis demande une main d’œuvre très importante. Les gestionnaires reçoivent un sérieux coup de main d’une association d’insertion SURF-INSERTION (membre du Collectif) qui réalise gratuitement des interventions. Les chasseurs locaux mettent également la main à la pâte. Des chantiers se font en commun. C’est l’occasion de pique-niquer ensemble et d’échanger. Les jeunes découvrent ainsi les pâtés de chevreuil et autres recettes bien locales, les chasseurs des jeunes tout à fait fréquentables.

Un gros chantier reste encore en suspens, celui de la reconquête des prés salés. Ils sont colonisés à 60 % par le baccharis. Suivre la bonne règle impose de respecter un protocole qui commence par un état des lieux précis tant sur le plan de la faune que de la flore. Il est en cours.

La lutte est donc loin d’être aboutie. Courage et persévérance sont comme toujours les deux qualités indispensables pour la lutte contre le Baccharis.

 

Janvier et février 2016 : de nombreux chantiers citoyens de lutte contre le Baccharis en Bretagne sud

Affiche-56Séné (56), Mesquer (44) Baden (56), Larmor Baden (56), Saint-Armel (56), Arradon (56) c’est plus d’une douzaine de chantiers éco-citoyens de lutte contre le Baccharis qui ont été ou seront conduits par les membres du collectif Anti-Baccharis en janvier et février. Désormais munis de leurs « Baccharaches » de tronçonneuses et de perceuses thermiques, ces citoyens donnent de leur temps et de leur énergie pour faire reculer l’arbuste invasif.

18 000 € consacrés à la lutte anti-Baccharis en 2016 sur la seule zone du Rostu à Mesquer (44).

Zones de traitement du Baccharis en 2015

Zones de traitement du Baccharis en 2015

En 2014, été voté pour 3 ans un budget de travaux de restauration d’un espace appartenant au Conservatoire du Littoral pour un montant de 253 000 €. Trois partenaires ont abondés : le Conservatoire du littoral finance à hauteur de 50 %, Cap-atlantique 44 % et la commune de Mesquer 6.5 % Il concerne une zone naturelle située au nord de la commune, sur les lieux-dit du Rostu, Kervarin et Chouette
La lutte contre le Baccharis représente 13 % soit 33 000 €. Fin 2015 15 500 € ont été dépensés. Ils ont permis de couper des repousses sur 25 ha et une première intervention sur 2.5 ha. On voit ici combien le traitement des repousses est coûteux et que l’éco-pâturage permettrait de faire des économies. Pour 2016 de nouveaux chantiers sont prévus pour un montant de 18 000 €. Ils feront intervenir Réagis, une association d’insertion ainsi qu’un éleveur et ses moutons pour pratiquer de l’éco-pâturage. Rappelons que l’efficacité de cette technique sur la zone fait l’objet d’un suivi expérimental par le Collectif anti-baccharis.

Chantier d’écovolontariat « baccharis » sur la ria d’Etel

Ria-etelUn chantier d’écovolontariat le week end d u 12 & 13 septembre

Un week-end d’immersion dans la Nature en Ria d’Etel pour découvrir et protéger la biodiversité. Le chantier d’écovolontariat est ouvert aux personnes de 18 à 99 ans, pas besoin de compétences spécifiques, l’envie et la motivation suffisent !

FlyerVersoChantierRiadEtel2015(1)(1)

Méthode de mesure des populations de Baccharis sur de petites zones

Nous avons mis en place un protocole de mesure des populations de Baccharis sur de petites surfaces. Ceci afin de tester l’efficacité de différentes méthode de lutte : coupe, pâturage, arrachage…

Problème posé

Après une coupe, ou un arrachage, les repousses sont nombreuses. Il convient de savoir précisément l’impact de la méthode de lutte sur la population de Baccharis présente initialement. La méthode doit permettre de suivre l’évolution sur une longue période.

23072015-PAT_0127

L’expérimentateur décrit un cercle en comptant les plantes présentes le long de la corde

Matériel et méthode

Nous avons pris le parti de mesurer les populations de de zones de 10 m² Celles-ci peuvent prises au hasard dans la parcelle. Une extrapolation pourrait ensuite être faite pour connaitre la population totale de la parcelle à condition que les zones soient suffisamment nombreuses (5).

La zones de mesure se détermine à l’aide d’un solide piquet métallique  : fer à béton découpé en tronçons de 60 cm. Celui-ci est enfoncé ensuite dans le sol. Une corde 1.80 m permet de déterminer un cercle de 10 m² de surface.

La zone est localisée précisément à l’aide d’un GPS

2 expérimentateurs font le comptage. Après avoir fait la marque de départ à l’aide d’une bombe de peinture, l’un d’entre eux tends la corde et compte les Baccharis présents le long de la corde. Il distingue des différents type de Baccharis :

  • jeune pousse de l’année
  • arbuste de plus d’un an et<50 cm
  • arbuste de plus d’un an > à 50 cm
Bien marquer le point de départ

Bien marquer le point de départ

L’autre expérimentateur note sur la fiche de comptage (voir ci-après)

Le compteur progresse en décrivant la totalité du cercle.

Sur la tête du piquet nous avons enfiché une balle de golf pour retrouver facilement la zone de comptage l’année suivante. Par ailleurs la balle évite de blesser les animaux au pâturage.

Test de la méthode de traitement des souches au gros sel marin

La méthode de traitement au sel marin est particulièrement efficace. Elle demande cependant d’être pratiquée rigoureusement.

La dévitalisation au gros sel marin est pratiqué de longue date par les paludiers de Guérande. Nous souhaitons en préciser la méthodologie.

Le problème posé

Après une coupe à la tronçonneuse, sur les pieds âgés possédant une souche de diamètre ≥ à 5 cm, les repousses sont vigoureuses et interviennent très rapidement (15 jours environ en période de pousse. La plante puise dans ses réserves racinaires pour émettre un nouveau système foliaire. L’arrachage demanderait l’usage d’engins agricoles qui ne peuvent pas pénétrer facilement dans des marais salants. Par ailleurs, il faut rechercher une méthode de lutte qui évite l’usage de produits phytosanitaires sur des zones naturelles. Nous avons en cours le test d’une méthode de lutte au gros sel marin.

Une méthode traditionnelle connue pour son efficacité

En effet, les paludiers (sauniers) ont pu vérifier de longue date que le fait de déposer un petit tas de sel sur un plant coupé au ras du sol permettait de l’éliminer. La méthode que nous avons en cours de test est un peu différente car nous ne disposons pas de quantités illimitées de gros sel et il convient de trouver une méthode plus économe.

La méthode testée

Perçage de souche de Baccharis

Perçage de souche de Baccharis

Sur les souches mesurant plus de 5 cm de diamètre, nous avons effectué un ou plusieurs trous à l’aide d’une perceuse munie d’une mèche de 12 mm de diamètre. Nous les avons ensuite remplis les trous de gros sel.

Au mois d’octobre, les souches n’ont pas fait de repousses significatives contrairement aux souches non traitées. La méthode c’est ici montrée particulièrement efficace.

Ce travail est long à pratiquer et un membre du Collectif a remplacé les trous à la perceuse par des entrailles à la tronçonneuse. Il a ensuite recouvert les entailles de vase de marais pour les protéger. Cette méthode s’est avérée inefficace  et de nombreuses repousses sont apparues 3 semaines après le traitement.

Forts de ces expériences, nous conseillons de percer des trous de 20 mm de diamètre et profond de 5-6 cm. Pour augmenter la productivité du travail nous pensons utiliser désormais des perceuses sans fil puissante : soit à moteur thermique soit électrique avec de grosse batteries.

Dans l’île de Boëd dans le golf du Morbihan, une expérimentation conduite par Claudine FORTUNE sous l’égide du C.G. du Morbihan montre elle-aussi une grande efficacité du gros sel : 100 % des pieds traités, soit par des monticules de sel soit par des trous à la perceuses ont disparu.

Lire l’étude  : Boëd2008_Trait.Sel.CFortune

Remarque :

Pour faciliter le perçage : la coupe de l’arbuste être franche, de préférence à l’horizontal, et à 7-8 cm du sol.

Après cette première expérience, nous pensons qu’il convient de tester les points suivants :

  • L’injection de saumure dans les trous (sel dissous dans peu d’eau), ne serait-elle pas efficace ?
  • En période pluvieuse, faut-il couvrir les souches traitées : agrafage d’une protection contre la pluie ?

Un reportage de France 3 sur l’opération Baccharis du 7 août 2015

Voir ci-apprès l’extrait du journal de France 3 Pays de la Loire diffusé le 7 aout 2015

On compte sur plus de bras l’année prochaine !

FR3 Pays de la loire 7-8-2015 from Patrice PERVEZ on Vimeo.

Mission accomplie pour le chantier du 7 août 2015

Vers 9 heures du matin l’équipe des coupeurs de Baccharis s’est réunie, pleine d’allant à défaut d’être très nombreuse.
07082015-PAT_0162-150x150 Au programme, finir le nettoyage de la saline creuse.
 Les iles visibles depuis la route étaient encore à moitié envahies des repousses de l’an passé. Marine Langlois et Joël Mousset sont montés dans de petits bateaux pneumatiques pour y intervenir. Marine s’est équipée de la débroussailleuse.

Une autre équipe est partie à la conquête de la partie sud de la saline munie des cisailles.Les journalistes sont venus nombreux : une équipe de France 3 Pays de la Loire, des journalistes de Ouest-France, Presse-océan et l’Echo de la Presqu’île. Le Président était donc plus occupé à répondre à leurs questions qu’à agir sur le terrain. Ils étaient les bienvenus car nos chantiers n’ont-ils pas pour but principal de sensibiliser la population.

Lire l’article de Ouest-France

Télécharger l’article de l’Echo-Presquile-2015-08-14

Séné (56) : une reconquête du paysage

D’après article du Télégramme paru le mercredi 17 juin 2015

« Ça repousse, mais c’était bien pré- vu comme ça », explique Daniel Lasne. Le « Monsieur baccharris » sinagot de Bretagne vivante a entraîné avec lui, samedi, sa fidèle équipe de bénévoles pour une tour- née d’inspection de la repousse du séneçon en arbre (baccharis halimi- folia), une plante invasive qui appauvrit la diversité écologique des zones humides qu’elle colonise. Les divers chantiers menés par ces arracheurs infatigables, une à deux fois par mois depuis 2013, ont déjà permis une reconquête du paysage, sur plusieurs sites de la commune, et Daniel est heureux de pouvoir montrer (et faire goûter !) quelques brins de salicorne qui ont repris leur place et leur liberté de pousser, au ras du sol, mais en pleine lumière.

2015 06 17 TLGR Baccharis Séné

Samedi, Daniel Lasne (troisième à droite) et son équipe ont parcouru leurs chantiers afin de programmer, dès septembre, la suite des opérations.

 

télécharger l’article complet : 2015.06.17.TLGR.Baccharis.Séné

 

France 3 Bretagne Pays de la Loire alerte sur les dangers du Baccharis

A l’occasion de la réunion organisée par les Amis des sites de Mesquer (44)  France 3 Pays de la Loire a réaliser un reportage à Mesquer.
particulièrement satisfaits, car cela a permis de sensibiliser un maximum de personnes au problème du Baccharis qu’ils viennent ou non à notre conférence.

Il a été diffusé le dimanche 1 février. Lors de son interview, Patrice PERVEZ a insisté sur les conséquences pour les paysages du développement du Baccharis.

 

Baccharis-France-3-Pays de la loire from Patrice PERVEZ on Vimeo.