La législation sur les plantes invasives enfin publiée

Elle  donne des moyens  d’agir même si des décrets et arrêtés sont encore nécessaires

Notre collectif avait pour objectif prioritaire d’obtenir une modification de la législation sur les plantes exotiques envahissantes et plus particulièrement sur le Baccharis. En un peu plus d’un an la situation a beaucoup évolué positivement. La réglementation européenne était théoriquement applicable depuis le 1er janvier 2015. Elle devient effective depuis le 14 juillet dernier, la liste des espèces concernées ayant été publiée.

Par ailleurs, en ce qui concerne plus spécifiquement le  territoire national, la loi sur la biodiversité vient elle aussi d’être publiée avec un article 149 qui porte sur les espèces envahissantes. Il s’agit désormais de savoir quelles conséquences pratiques l’évolution de la législation va avoir.

La première est l’interdiction de la commercialisation de la plante. Toutefois, si cette interdiction est nécessaire elle est loin d’être suffisante. La plante prolifère, conquérant de nouveaux espaces chaque jour, modifiant les paysages et causant de graves dommages à la biodiversité. Il convient de mettre en place des programmes de lutte pour faire régresser son emprise, voire à terme assurer son élimination. Les premières zones où il est impératif d’agir rapidement sont celles appartenant aux collectivités publiques. Sur ces zones, il convient de faire l’inventaire des contaminations s’il n’est pas déjà réalisé, décider des programmes d’arrachage, de tronçonnage et de gestion de ces espaces dans la durée. Quelle que soit la méthode choisie, il faudra effectivement programmer des interventions sur plusieurs années pour traiter les repousses qui ne manquent pas d’être très nombreuses. L’éco-pâturage semble une solution durable pour un coût raisonnable sur de grands espaces. Les ressources mobilisées seront directement proportionnelles à la volonté des décideurs politiques. A défaut d’une réelle sensibilisation, la loi sera totalement inefficace.

L'arrachage est toujours préférable

L’arrachage est toujours préférable

Une règlementation à venir qui doit donner des possibilités d’intervention

 Une grande partie des zones contaminées appartiennent à des propriétaires privés. Si celles-ci ne sont pas traitées, elles réintroduiront le Baccharis sur les zones traitées. Nous demandons donc, que soit mis en place un programme d’inventaire. Ceci nécessite l’autorisation pour les collectivités locales de rentrer chez les particuliers. La réglementation qui n’est pas encore publiée devra le permettre. Par ailleurs, une fois la présence des plantes avérée, l’obligation d’arrachage ou au minimum de coupe avant la floraison doit être édictée. Là encore la réglementation doit le permettre. Sur tous ces points, la secrétaire d’état à la Biodiversité nous a affirmé son intention d’agir cet automne. Nous n’avons cependant pas le détail de ses intentions. L’avenir de la lutte contre les plantes exotiques envahissantes se jouent finalement dans la qualité du futur cadre réglementaire, mais aussi dans la détermination des collectivités publiques et des collectifs bénévoles.

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*